Nos actualités
Elie Gesbert : « Tant que j’ai les jambes, j’essayerai ! » #Limousin
Le 16 août 2018
Sur le papier c'était l'une des étapes les plus difficiles et ça l'a été. La côte de Terrasson (4 km à 5 % de moyenne), l'arrivée aux Coteaux de Grèzes et le scénario de course ont fait de cette étape, une étape très tendue.

Le duo qui lance la course part à 36 kilomètres de la fin : Benoit Cosnefroy et François Bidard attaquent à deux pour rejoindre les hommes rescapés de « l'échappée matinale ». Derrière, toute l'équipe fait un gros travail pour « recoller ». On voit Anthony Delaplace, Kevin Ledanois, Romain Le Roux faire le « forcing » à l'avant du peloton. Elie Gesbert est toujours bien entouré de ses coéquipiers. Alors que Cosnefroy seul en tête est repris à 11 kilomètres de l'arrivée, Luca Wackerman part seul en tête. Derrière, Elie Gesbert prend ses responsabilités, attaque et tente de rejoindre Wackerman dans la pente du Coteau de Grèzes. Il se classe 3ème à 6 secondes. Après deux étapes, il est meilleur jeune de l'épreuve et 6ème au classement général.


Elie Gesbert - 3ème


"Quand Luka Wackermann a attaqué, j'ai fait l'erreur tactique de le laisser partir, je me suis dit que le peloton allait rouler derrière, mais finalement le peloton s'est « posé » et il a pris 40 secondes. Au vu du profil, ce matin, je m'étais dit que je n'attaquerai que dans le dernier kilomètre. J'ai finalement attaqué avant et mes sensations n'étaient pas trop mauvaises. J'attaque à deux kilomètres de l'arrivée et un équipier de Wackermann m'a suivi. Il fallait que je le piège donc j'ai feinté. Il a attaqué, j'ai contré et j'ai pu partir seul. Ensuite, c'est un combat psychologique contre soi-même, je me suis « arraché », j'ai donné le maximum, même si je savais que ça allait être difficile dans les dernières rampes de l'arrivée. En étant troisième je récupère 4 secondes de bonifications, même si ce ne sont pas les 10 de la première place...

Ce soir, je suis à 13 secondes d'Anthony Roux au classement général. C'est peu, mais à la fois beaucoup car 13 secondes, il faut aller les chercher ! Quand on voit que l'an dernier la victoire s'est jouée dans la même seconde...Le Tour du Limousin, c'est toujours serré, il faut y croire jusqu'au bout. Tant que j'ai les jambes, j'essayerai de faire quelque chose de bien, jusqu'à Limoges. Aujourd'hui, mon prix de consolation c'est d'avoir le maillot de meilleur jeune !"
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations