Nos actualités
Impitoyable, doyenne !
Le 22 avril 2018
Au départ de la place Saint Lambert, ce matin, le programme du dimanche s’annonçait corsé  258 kms, 11 côtes, 4 000m de dénivelé et prêt de 7h d’effort. Florian Vachon fait partie du groupe des neuf fuyards et ouvrira la route de la doyenne pendant près de 200 kilomètres. Mais l’échappée est vouée à l’échec, dans la Roche au Faucon, Warren Barguil coince, c’est à ce moment que Bob Jungels attaque et s’envole pour une victoire de prestige.

De son côté, Elie Gesbert vient à bout de son premier monument : « je suis cassé, j’ai mal partout, mais c’est Liège … ! »

Florian Vachon : « J’avais envie de faire partie de cette échappée, Liège Bastogne Liège c’est la course que je regardais à la télé, mais c’était aussi une réaction d’orgueil par rapport à la mauvaise passe du moment. Mercredi, j’avais vu Romain Hardy faire un bon bout de chemin devant. J’ai pris beaucoup de plaisir à être devant, être acteur d’un monument même si je ne me faisais pas d’illusion sur l’issue finale. Par contre, j’ai pris de plein fouet le cap des 200 bornes. Dans la ferme Libert, dans les pourcentages les plus difficiles, j’ai craqué. C’est une des courses, les plus difficiles. »

Warren Barguil : « Ce soir, il y a beaucoup de frustration. J’étais vraiment content d’être au départ, ce matin. Je me suis entrainé pour ce rendez-vous, pourtant au pied de la Roche aux Faucons, j’ai coincé. J’arrive pour la place de 15 avec des costauds comme Nibali, mais j ‘étais cuit. Ce n’est pas facile, maintenant il faut rebondir. Je passe à côté de ma première partie de saison, j’aurais aimé faire beaucoup mieux, mais c’est le vélo un jour on est sommet, le lendemain on est moins bien, à nous d’inverser la tendance. »
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations