Nos actualités
L’Antwerp Port Epic : pavés, chemins de terre, bordures
Le 2 septembre 2018

Un mélange de Paris-Roubaix et du Tro Bro Leon, le tout sur le gigantesque Port d'Antwerp (en Flamand) ou Anvers (en Wallon) ! La première édition de l'Antwerp Port Epic longue de 206 kilomètres comportait 62 secteurs pavés ou chemins de terre, voire passages dans l'herbe : une classique...pas classique ! La bataille pour prendre l'échappée est longue et finalement quatre hommes parviennent à sortir du peloton. Dans le peloton, Brice Feillu, Clément Russo et Pierre-Luc Périchon restent concentrés. A une centaine de kilomètres, Brice Feillu prend l'initiative de rouler en tête pour diminuer l'écart avec les hommes de tête. A 70 kilomètres de l'arrivée, la bonne échappée part avec le futur vainqueur, Guillaume Van Keirsbulck. Derrière Clément Russo, spécialiste du cyclo-cross, désigné comme leader est victime de crevaisons qui l'empêche de s'extirper du peloton. Brice Feillu Pierre-Luc Périchon et Clément Russo restent solidaires dans la course et s'aident. Clément et Pierre-Luc sont dans le peloton qui arrive pour la 10ème place, mais sont gênés par une chute dans le dernier virage. Ils terminent, ensemble, cette course de guerriers !


Pierre-Luc Périchon (30ème)


C'était une course de cinglés ! Pendant 210 kilomètres ça n'a pas arrêté ! Il y avait des pavés, des chemins de terre, et quand ce n'étaient ni l'un ni l'autre, ça bordurait ! On n'a pas eu 5 kilomètres de « repos », c'était super physique ! Après tout s'est bien goupillé pour moi, j'avais des bonnes sensations, j'ai parfois été gêné, mais je n'ai pas chuté, je n'ai pas crevé...Clément était notre leader aujourd'hui et il a crevé 5 fois, on a mis beaucoup d'énergie à revenir dans les voitures à chaque fois. J'étais dans le bon groupe quand « le bon coup » est parti à 70 kilomètres de l'arrivée. Je les vois partir, mais on était tous « à bloc ». Le dernier qui arrive à prendre l'échappée était un peu plus à bloc que les autres qui étaient déjà à bloc ...(rires) et la cassure se fait. C'est dommage car Clement marche vraiment bien en ce moment ! Il était dans les voitures à ce moment-là. On termine tous les deux pour aller jouer la dixième place mais dans le dernier virage un coureur tombe devant nous. On met pied à terre à 800 mètres...Mais j'adore ces courses-là, où ça se fait à la pédale, il n'y a pas vraiment de stratégie, faut juste être le plus fort ! J'adore ces courses de guerriers.


Clément Russo (29ème)


Ce matin je sentais que j'avais bien récupéré après la Brussels Classic d'hier. Aujourd'hui c'était une belle course mais j'ai crevé cinq fois...ça arrive de crever sur de tels chemins, mais cinq fois, c'était dur. J'ai bien été aidé par Brice et Pierre-Luc, c'est des gars d'expérience, c'était sympa de les avoir avec moi. Le « bon coup » part à un moment où je revenais dans les voitures. Je ne sais pas ce que ça aurait donné mais j'aurais aimé voir si je pouvais les suivre. Je suis un peu déçu vis-à-vis de mes coéquipiers surtout, j'aurais aimé m'exprimer.. Les courses de guerriers comme ça, j'adore, je viens du cyclo-cross, ca doit correspondre à mes qualités. Quand je cours aujourd'hui, je pense à l'année prochaine, Paris-Roubaix ou le Tro Bro Leon, ce sont des courses que j'aimerais disputer. C'est bien que je commence d'abord par une course comme l'Antwerp Port Epic, pour me tester.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations