Nos actualités
Paris-Nice #7 – Warren Barguil : « Laurent m’a remonté à bloc »
Le 10 mars 2018
Il fallait aimer la difficulté sur cette septième étape de Paris-Nice. Météo capricieuse dès le départ et cinq ascensions à franchir pour atteindre la station de ski la Colmiane et ses routes bordées de neige. Amael Moinard s'offre un deuxième raid consécutif mais l'échappée de huit est dangereuse et le peloton ne leur laissera pas plus de trois minutes d'avance. Les hommes de tête seront repris à 13 kilomètres de l'arrivée. Laurent Pichon protège Warren Barguil jusqu'au pied de la dernière ascension. Notre grimpeur s'accroche jusqu'à 5 kilomètres du sommet, mais finit par céder un peu de terrain, il se classe 18ème. Simon Yates fait coup double, il s'offre la victoire d'étape et le maillot jaune de leader.

Warren Barguil :
« C'était une étape difficile sur le papier et ça a été le cas. J'ai tenté d'aller dans l'échappée mais sans succès, heureusement Amael a réussi à la prendre. Je suis tombé avant le ravito, j'ai glissé sur des gravillons et j'ai perdu pas mal de temps. J'ai dû chasser un moment, ce n'était pas facile et j'y ai laissé des plumes. Laurent est resté longtemps avec moi avant le début de la dernière ascension, il m'a motivé, ça m'a remonté à bloc. Je me suis accroché dans la Colmiane mais j'avais laissé du jus dans ma chute. Je suis quand même content de ma montée, la forme revient crescendo depuis le début de Paris-Nice. On a une super équipe, demain on va tout donner pour la dernière étape ! »

Amael Moinard :
« Les conditions météo étaient vraiment difficiles, ce n'était pas plus dur d'être à l'avant que dans le peloton. On n'a jamais eu plus de trois minutes, malgré les conditions j'ai pris du plaisir sur le vélo. Ces dernières années j'étais plutôt dans un cyclisme défensif mais cette année je prends un tournant et je retrouve le goût de l'attaque. On est une équipe de guerriers qui va toujours de l'avant, je retrouve de superbes sensations sur le vélo, ça fait vraiment plaisir. »

Sébastien Hinault :
« Ce matin, Amael était motivé pour repartir au combat, il finit Paris-Nice dans une super condition, il faisait partie des trois derniers à se faire reprendre. Un peu comme hier, le peloton n’a laissé aucune marge de manœuvre à l’échappée, c’était mission quasi impossible pour la victoire d’étape mais si on n’essaye pas, il est certain qu’on n'y arrivera pas. L’autre satisfaction était d'avoir nos trois guerriers dans le peloton avant la dernière montée. Laurent a fait un super boulot pour placer Warren, il fait une bonne montée, dommage qu’il soit pris dans cette chute juste avant le ravito. Il a laissé beaucoup d’énergie mais les sensations reviennent, c’est encourageant pour demain et surtout pour la suite de la saison. »
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations