Nos actualités
Pierre-Luc Périchon : « La délivrance »
Le 5 août 2018
Il est 13h15 à Avranches, le départ réel est donné et trois coureurs lancent la course. Pierre-Luc Périchon lance une contre-attaque "en facteur" suivit de 5 hommes, pour rejoindre l’échappée. L'écart entre les hommes de tête et le peloton s'accroît jusqu'à 4'50''. Le thermomètre atteint les 30 degrés sur les routes normandes et les abandons s’accumulent. Groupama-FDJ, Wanty Groupe-Gobert, et Cofidis se relaient au fil des kilomètres pour réduire l’écart avec la tête de course. Alors que les minutes se réduisent à l'abord du final, Pierre-Luc Périchon résiste en tête avec Pierre Gouault. À 2 kilomètres de l'arrivée le peloton n'arrive pas à rentrer. PLP et son dernier compagnon de route s'accordent pour jouer la gagne à deux et ne pas se regarder. Pierre-Luc Périchon remporte le duel et gagne la Polynormande 2018 !
Pierre-Luc Périchon:

«Ça libère ! Ça fait vraiment plaisir ! À la bascule de la dernière bosse, avec Pierre Gouault, on avait 30 secondes d’avance sur le peloton…et là je savais que ça pouvait aller au bout car ils avaient roulé toute la journée pour revenir sur notre échappée. J’ai dit : "Pierre, si on ne se met pas à rouler maintenant on est morts. Il faut qu’on s’entende". Pierre Gouault était peut-être plus fort que moi, mais j’ai été plus patient que lui, j’ai joué avec ses nerfs. Sous la pression il a lancé son sprint de loin, je n’avais plus qu’à le contrer à 100 mètres de la ligne, et je suis passé ! Le peloton n’était pas loin mais sur une course d’un jour, il n’y a pas besoin de 10 minutes d’avance, un boyau suffit. Pour moi c’est LA délivrance, surtout à cette période-là ! Après une période difficile, à une semaine des championnats d’Europe et en début de deuxième partie de saison ça fait vraiment du bien. J’espère que ça va nous lancer sur une bonne dynamique pour faire une grosse fin de saison … " we are one team " comme on dit (rires). »

Clément Russo (9ème) :
« On a tout de suite été dans le coup avec Pierre-Luc qui était dans la bonne échappée. On y a cru jusqu'au bout car nous avions une super carte devant ce qui nous a permis d'être sereins toute la journée derrière. C'est la première victoire que je vis avec l'équipe, en plus c'est Pierre-Luc qui est mon compagnon de chambre ! Pour toute l'équipe c'est génial ça récompense notre travail. On prouve qu'on peut gagner des courses. »

Roger Trehin - directeur sportif:
« Ce matin nous avions comme stratégie de protéger deux coureurs : Pierre-Luc Périchon et Romain le Roux. Quand l’échappée est sortie, Pierre-Luc a fait le jump. Nous voulions reprendre nos habitudes d’échappées offensives et intelligentes, le genre d’échappée qui va loin, à plus de 7 coureurs. Lorsqu'il y a eu 4 minutes d’avance, ils ont fait en sorte de plafonner. Pierre-Luc connait bien le fonctionnement des manches de la Coupe de France et il a vraiment bien géré l’échappée dans le "jeu avec le peloton". Dans l’oreillette, dans le dernier tour je lui disais « vas-y, roule, met tout ! » (rires) mais dans les derniers kilomètres je l’ai laissé se concentrer, il sait ce qu’il a à faire quand il y a une arrivée à deux coureurs, il sait gérer les arrivées de course : c’est un pistard.
La bonne sensation du mois d’Aout, c'est que les gars sont en forme sur tous les fronts. Les coureurs sont juteux et toniques, mieux que l’année dernière à cette époque et cela se confirme aujourd’hui. A côté du Tour de France il y a eu du boulot de fait, l’équipe a été très sérieuse. Ça paye aujourd'hui. On est tous super heureux. »
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations