Les courses
Semaine internationale Coppi et Bartali
(Italie)
Le jeudi 22 mars 2018
Avant-course
Course
Après-course
La course

Alors que sept de nos coureurs évoluent actuellement sur le Tour de la Catalogne, un deuxième front sera aligné sur Coppi et Bartali, du jeudi 22 mars à dimanche 25 mars. L’an passé la course italienne avait souri à nos coureurs puisque Laurent Pichon s’était imposé sur la première étape. Le Finistérien ne disputera pas cette épreuve cette année, il sera en revanche présent sur les deux manches de coupe de France le week-end prochain : Classic Loire Atlantique et Cholet Pays de Loire.

Romain Hardy :
« Je n’ai pas couru depuis trois semaines, il faudra se remettre dans le rythme mais je me suis bien préparé et j’ai envie de marcher. Je n’ai pas encore réussi à m’exprimer sur ce début de saison, j’ai envie d’inverser la tendance, de repartir au combat. En Italie, les courses sont toujours dures, ce sont des petites routes, il faut être placé, ça me correspond bien. »

Sébastien Hinault, directeur sportif :
« L’épreuve commence jeudi par deux demi-étapes. Il faudra être méfiant, les équipes hésitent toujours à se livrer le matin en pensant au contre-la-montre par équipes de l’après-midi. L’étape du vendredi sera difficile mais chaque jour nous voulons avoir une attitude offensive pour ne pas avoir de regret. On espère forcément faire aussi bien que l’an passé (rires). »

Comment suivre la course ?

Pour ceux qui parlent ou déchiffrent l’italien c’est à suivre ici : http://www.gsemilia.net

En direct
Les résultats

Étape 1

Étape 2

Étape 3

Étape 4

Étape 5

Classement général
Le résumé

Etape 4 

La compétition italienne s’est terminée par un contre-la-montre individuel de 12,5kms. Romain Hardy se classe 19ème.


Etape 3

Arrivée au sprint pour cette troisième étape. Malheureusement notre sprinteur Bram Welten, malade, a abandonné la veille. Nos coureurs ont également dû faire face à des bordures.

Etape 2. Brice Feillu, dans l’échappée

C’était une étape courte, mais très relevé qui attendait nos coureurs aujourd’hui sur les routes italiennes. Sur ce profil, c’est Brice Feillu qui passe à l’attaque, mais les six hommes de tête ne compteront pas plus de 2 mins d’avance et seront repris à 35kms de l’arrivée. Dans la descente suivante, le peloton se casse en deux, et une trentaine d’unités se détache. Bauke Mollema s’impose Diego Rosa prend le maillot de leader.

Brice Feillu : « J’étais déçu de ne pas avoir pris l’échappée hier, je voulais me rattraper aujourd’hui et je savais que ça pouvait être intéressant. L’an passé, j’étais aussi dans l’échappée sur cette étape. Mais ça ne s’est pas déroulé comme je l’aurais souhaité, le peloton nous a toujours gardés en point de mire. Je connaissais le circuit, je savais qu’avec deux minutes ça n’allait pas être suffisant. Ensuite, j’ai essayé de m’accrocher, mais j’avais fait beaucoup d’efforts et j’ai dû céder un peu de terrain. »

Etape 1a et 1b

C’était une journée particulière en Italie, avec une étape de 97kms le matin puis un contre-la-montre par équipes de 13kms. Pascal Eenkhoorn s’impose au terme d’une échappée sur l’étape en ligne, et la SKY sur le contre-la-montre.

Sébastien Hinault – directeur sportif : « On voulait prendre l’échappée ce matin, on savait qu’elle avait de grandes chances d’aller au bout. Ça a attaqué de tous les côtés, on a essayé d’y être. Quand les trois sont sortis on pensait que ça allait rentrer, il faut souligner qu’ils ont fait un numéro devant. Sur le contre-la-montre, le résultat est peu flatteur (19è) pourtant ils n’ont pas fait un mauvais chrono et on ne perd que 40 secondes sur la sky. Une étape difficile attend nos coureurs demain, j’espère qu’ils auront bien récupéré »