Nos actualités
TDF #19 – Warren Barguil : « Des regrets je n’en ai pas »
Le 27 juillet 2018
Warren Barguil et Romain Hardy sont à l’attaque sur cette ultime étape de montagne mais les hommes de la Katusha veillent et laissent peu de marge de manœuvre aux fuyards. Romain Hardy accompagne son leader jusque dans le Tourmalet, dans la descente les hommes de tête sont rejoints par Bardet, Landa et Majka. Warren cède du terrain dans l’ascension finale. Sur la ligne il est 23ème, à 7 minutes de Primoz Roglic, et 17ème du classement général. Demain place à l’exercice exigeant du contre-la-montre, avant l’arrivée aux Champs Elysées, dimanche.

Warren Barguil :
« J’ai tout donné, je ne voulais pas rater cette échappée mais je voulais le faire intelligemment. J’ai attaqué dans une bosse non répertoriée en sortie de ville, ça avait déjà bien bataillé avant, je n’ai pas laissé trop de force dans ce début d’étape. Les hommes de la Katusha ont roulé derrière nous, mais ça ne m’a pas trop déstabilisé. Par contre quand le groupe de Romain Bardet est revenu, je me suis dit que ça allait être très dur de jouer la gagne de l’étape. J’en veux toujours plus, je voulais confirmer mes résultats de l’an passé, c’est frustrant mais c’est la loi du sport. Au départ du Tour, j’ai dit que je ne voulais pas avoir de regret en arrivant à Paris. Des regrets je n’en ai pas. J’ai été offensif, je n’ai rien lâché, j’ai toujours mis tout ce que j’avais sur les pédales. J’ai toujours eu du monde avec moi dans les échappées j’ai eu un super soutien de l’équipe, j’aurais préféré concrétiser. J’ai couru pour gagner. »

Romain Hardy :
" Au départ, Elie et Amael étaient plus disposés à prendre l'échappée, ils ont démontré dernièrement que leur condition physique était la meilleure dans les cols. Mais l'occasion s'est présentée devant moi, alors j'y suis allé. La forme est meilleure que dans les Alpes mais je ne suis pas dans mes meilleurs jours, ce n'est pas du grand Romain. Malgré tout, j'ai fait ce que j'avais à faire, j'ai roulé pour Warren et même si les sensations n'étaient pas idéales, ça fait plaisir d'être à l'avant, de pouvoir aider. Même si on ne pouvait pas faire grand chose, j'ai dit à Warren "si tu veux que je fasse quoi que ce soit, dis-le moi" mais on était d'accord sur le fait que c'est le peloton qui allait décider. Ils ont roulé et ne nous ont pas laissé beaucoup de marge. C'est comme ça, on a essayé. Je finis le Tour sur une note moyenne, c'est mieux que mauvaise (rires). "

Yvon Ledanois - directeur sportif :

" Je pense que l'équipe a bien couru, Warren et Romain ont pu prendre la bonne échappée, mais il y a des circonstances de course. Katusha qui roule derrière et ne laisse pas partir n'a pas facilité la tâche. Warren a couru juste mais malheureusement il n'avait pas de très bonnes jambes pour faire mieux. Une fois encore il a tenté, on n'a pas de regrets à avoir, on a fait ce qu'il fallait et c'est ce qu'il faut retenir. "
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations