Nos actualités
Warren Barguil : « Ça va être bien »
Le 9 juin 2018
Une journée de plus dans les hauteurs, et notre groupe avance col après col, en équipe. Warren Barguil a décidé de courir à l'avant aujourd'hui et a provoqué l'échappée. Amaël Moinard et Romain Hardy le rejoignent quelques kilomètres plus tard pour le protéger le plus loin possible... Dans la dernière ascension, Warren voit revenir le groupe maillot jaune, il termine 25ème de l'étape.

Warren Barguil :

« J’ai fait la même attaque que l’an passé et ça fait un bien fou de pouvoir le faire après un début de saison difficile. Un grand merci à tous mes coéquipiers, en particulier Romain et Amaël qui m’ont accompagné dans cette échappée. J’ai pris du plaisir à être devant, les jambes vont de mieux en mieux, j’ai retrouvé mon coup de pédale de montagne dans les deux premiers cols mais j’ai encore du boulot. Il ne faut pas s’enflammer, je n’ai pas fait un top résultat. Les « allez Wawa » sur le bord de la route m’ont donné une fois encore, un surcroit de motivation. Je suis hyper motivé, c’est parti, ça va être bien. »

Amaël Moinard :

« Depuis le kilomètre zéro, avec Pierre-Luc on essayait chacun notre tour, puis j’ai vu Warren attaquer à bloc, j’ai mis tout ce qu’il fallait pour rentrer. Après le col de Bisanne, je me sentais un peu moins bien, je leur ai dit « je roule à bloc le plus longtemps possible ». Quand je me suis écarté, je suis passé de la première position, au gruppetto, en 5 kilomètres (rires). J’ai mis 39/32, je suis monté le plus lentement possible et j’ai attendu le dernier groupe. Je suis vraiment content d’avoir été devant. On a joué collectif, avec Romain on a fait l’étape pour Warren sans arrière-pensée. On lui a montré qu’on était là pour lui, qu‘on voulait rouler pour lui et qu’on pourrait reproduire ce genre de scénario en juillet quand il sera en grande forme et nous aussi. Il était vraiment motivé, je le voyais, il était content d’être à l’avant.
Pour moi, le Dauphiné est toujours une course très très dure mais je sais qu’il faut en passer par là pour être performant l’été. »

Romain Hardy :

« On a roulé pour Warren, on commence à prendre nos marques ensemble. Il faut qu'on apprenne à se connaître encore plus sportivement et ça passe par ce genre de journée sur des grosses étapes de montagne, à l'avant. Quand l'écart est monté à trois minutes, avec Amaël, on s'est sacrifié pour essayer de le maintenir le plus longtemps possible. On a roulé « à bloc » à l'avant du groupe de 24 coureurs...C'était une journée vraiment intéressante. »
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations